Hakoniwa Angel de Aya Oda

Publié le par Kao_Fan

Titre :
Hakoniwa Angel
Auteur :

Aya Oda

Genre :
Shôjo 
Année de parution :
2008
Editeur Japonais :

Shogakukan

Editeur Français :

Soleil manga

Nbre de volumes :
4
Etat de la série :
Terminée au Japon, en cours en France.


Adolescente passionnée et déterminée, Uri quitte sa province natale en direction de la capitale. À l’image de Mizuki dans HanaKimi1, l’héroïne de Hakoniwa Angel est prête à tout pour approcher Maria Momo, un jeune mannequin.

Dans Hakoniwa Angel, on retrouve les personnages type du shôjo : la jeune adolescente éprise du plus beau garçon du lycée, ce dernier, populaire et inaccessible finissant par être séduit, et un troisième personnage constituant un obstacle.


Uri, héroïne attachante mais godiche et irréfléchie, n’est pas au bout de ses surprises. Obnubilée par Momo, sa force de caractère est mise à rude épreuve. En effet le jeune homme est loin d’être celui qu’elle imaginait. Peut-on aimer quelqu’un sans le connaître vraiment ? La réponse à cette question ne se fait pas attendre. Excentrique à l’appétit féroce, Momo se révèle plus secret qu’il n’y paraît, ce qui constitue l’intérêt majeur de ce personnage. Comme on peut s’y attendre, Uri ne recule devant rien et s’accommode de son tempérament hors du commun ; mais c’est sans compter sur Asuka, dernier protagoniste de ce triangle amoureux et ami d’enfance de Momo. Cet antihéros, jaloux, froid et calculateur essaye de séparer les tourtereaux au moment où une véritable complicité s’installe entre eux. Cependant, malgré son air méprisable, le personnage d’Asuka cache une dualité étrange : Aya Oda a créé une personnalité complexe. Ami ou ennemi ? La suite nous le dira. Quoi qu’il en soit, l’intrigue de Hakoniwa Angel promet d’être riche en rebondissements.

Le dessin d’Aya Oda se caractérise par de nombreuses influences. Les jeunes filles, aux visages enfantins, ont de grands yeux, mais aussi un petit nez et une petite bouche à l’image des personnages kawaii2. On les retrouve fréquemment dans les shôjos, telles que les œuvres de Wataru Yoshizumi3 notamment. Coté garçon, c’est un peu différent, leur apparence androgyne et le bas de leurs visages, caractérisé par un large sourire, rappellent le travail de Miyuki Kitagawa dans Forbidden Love4. En dépit de ces influences, Aya Oda parvient à créer un style graphique bien à elle.


Malgré de nombreux atouts, on regrette le manque d’originalité de Hakoniwa Angel. Évidemment tous les éléments du shôjo y sont réunis : rires, interrogations, exagérations parfois. Grâce à cela Hakoniwa Angel n’en reste pas moins un excellent manga.

Hakoniwa Angel tome 1, scénario et dessins d’Aya Oda, éditions Soleil manga
Crédit photographique : 2008 Aya Oda

  1. Personnage féminin du manga d’Hisaya Nakajo. []
  2. Littéralement : « mignon » en japonais. []
  3. Auteure de nombreux mangas publiés chez Glénat, telles que Mint na Bokura ou Marmalde Boy. []
  4. Nude Fruits, sa nouvelle série sort à la rentrée aux éditions Asuka. []

Tout ou partie de ce texte fut originellement publié sur Culturofil.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article